Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans le bâtiment comme dans d’autres secteurs d’activité, l’impact du COVID-19 se fait ressentir et est venu perturber les organisations : la pandémie change-t-elle la façon de travailler du BTP ?

 

Depuis le 16 mars 2020, les entreprises du bâtiment se sont interrogées sur leur capacité et leur devoir de travailler ou de stopper un chantier.

 

Le guide de préconisations de sécurité sanitaire a été établi le 10 avril dernier et diffusé par l’OPPBTP ; il leur rappelle leurs priorités, à savoir d’adopter des mesures de prévention protégeant la santé de leurs ouvriers et de les inciter à veiller sur leur santé et leur sécurité.

 

 

Sélectionner un chantier isolé

 

Avant de planifier une semaine de travail, le chef d’entreprise se doit de sélectionner, dans son carnet de commandes, tous les chantiers « isolés » où le risque d’échange et de contact avec le client ou d’autres corps de métier n’existe pas ou plus.

 

Ainsi, la situation géographique du chantier est à prendre en compte ; en effet, un chantier dans une zone à la densité de population importante devra être écarté, en priorité, au profit d’un site isolé (campagne, hors centre ville, etc.).

 

 

Un préalable : Obtenir l’accord préalable du client

 

Ensuite, chaque opération, de toute taille, nécessite l’accord du client avant toute intervention.

 

Pour le convaincre et le rassurer, l’entreprise se soit d’évaluer et de fixer les conditions d’intervention avec son client ; un questionnaire avec 10 points à échanger, à consigner avec le client permettra d’organiser les consignes de sécurité sanitaires (distanciation sociale, lavage des mains, etc.) ; la participation du client est cruciale et fondamentale pour instaurer un climat de confiance.

 

 

De nouvelles règles de vie à suivre et à partager

 

  1. Mettre à disposition un kit de fournitures d’intervention
     
  2. Mettre en œuvre un mode opératoire fondé sur le port de protection, le maintien des autres à l’écart de la zone de travail, la mise en œuvre des gestes barrières et un nettoyage quotidien et strict de la zone de travail.

 

Ces démarches doivent vous permettre de convaincre votre client à accepter de vous recevoir sur le chantier car cela l’aidera à percevoir deux éléments : votre besoin vital de travailler et sa nécessité de dominer sa peur.

 

En conclusion, la crainte de la contamination est venue dégrader la confiance entre vous et votre client ; il est clair que le partage et la présentation d’un plan d’intervention respectant les préconisations officielles sanitaires doivent générer les conditions d’un climat de confiance.

Tag(s) : #Actualités générales

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :